MHVQ

Musée d'Histoire de la Vie Quotidienne

Le Musée d’Histoire de la Vie Quotidienne est un musée de société, qui traite de la vie quotidienne des habitants du Petit-Caux mais aussi, de l’ensemble de la population française à la fin du XIXe siècle jusqu’à la fin du XXe siècle.

Le perce plafond

Pour fêter sa réouverture, le Musée d’Histoire de la Vie Quotidienne accueille le collectif Les Vibrants Défricheurs et leur ciné-concert horizontal, improvisé et intimiste : le Perce-plafond.

Galerie photos du Musée

Lumière sur un objet

Camion de livraison Monart-Jouloulac, 1955

Don de la famille Monart, le 2 septembre 2014

L’usine de boissellerie Monart est fondée en 1900 par les frères Georges (1872-1950) et Edouard (1867-1915) Monart à Lacroix-Saint-Ouen, dans l’Oise, en bordure de la forêt de Compiègne. Les vingt ouvriers de l’usine réalisent des articles ménagers, des petits meubles et des jouets en bois. Dès 1928 l’entreprise se spécialise dans la fabrication de jouets de garçons. En 1938, Pierre (1911-1999), le fils de Georges Monart, reprend l’usine. Il modernise les machines et oriente la production vers les jouets roulants : automobiles, chariots, grands et petits camions. En 1940, les bureaux sont bombardés et l’usine pillée ; celle-ci doit interrompre la production de jouets, interdite par l’occupant allemand. L’usine revient alors à ses activités de scierie et boissellerie. Discrets signes de résistance patriotique, les articles ménagers sont décorés de motifs bleu, blanc, rouge. Après la guerre, la fabrication des jouets redémarre et s’intensifie, jusqu’au sein de l’Union française.

En 1949, Pierre Monart crée Joujoulac. Les caractéristiques des jouets Joujoulac sont les éléments basculants ou amovibles et les couleurs vives à la finition laquée, comme sur ce camion. En 1960, dans la « Revue du jouet français », Pierre Monart explique avoir envisagé la conception des jouets en tenant compte de la sensibilité enfantine. Les formes doivent être simples pour laisser la place à l’imagination de l’enfant et fonctionnelles pour faciliter et rendre agréable la manipulation du jouet. Les couleurs vives et contrastées ont également été choisies en tenant compte des goûts des enfants. Ces aspects sont représentatifs de l’évolution de la place de l’enfant dans la société et de l’importance accordée au plaisir et à l’imagination dans le jeu au XXe siècle. En consécration de ces efforts, la marque reçoit en 1956, l’oscar du Jouet pour son modèle de voiture DS 19. En 1969, l’usine ferme ses portes au départ à la retraite de Pierre Monart et en raison de la concurrence des matières plastiques dans la fabrication des jouets.